CES Unveiled 2017: Quelles tendances? by VISEO
LinkedIn Google Plus Twitter Email

CES Unveiled Paris 2017: Quelles tendances technologiques suivre au CES 2018?

Le temps de la transition
25 Octobre 2017

Dévoilées au CES Unveiled Paris, le 24 octobre 2017, le préambule français de la grande messe mondiale de janvier 2018 à laquelle nous nous rendons.

Le CES, un des plus gros évènements mondiaux consacrés à l’innovation et aux nouvelles technologies, qui se tient tous les ans à Las Vegas et organisé par la CTA (Consumer Technology Association) a vu sa cinquième avant première parisienne, CES Unveiled Paris, se dérouler ce mardi 24 octobre 2017 afin de réunir journalistes et acteurs du marché autour des grandes innovations technologiques françaises du moment.​ Nous avons assisté à la conférence de l'événement et vous partageons les grandes annonces.

Gary Shapiro, président du CTA, ouvre le bal en dressant un état des lieux de l’innovation technologique en 2017. A l’heure où la singularité devient une réalité tangible et où la puissance de calcul exponentielle des machines ouvre de nouveaux horizons, nous sommes à une étape de transition entre deux moments importants de la révolution numérique.

Il rappelle également que la France joue un rôle de plus en plus déterminant dans le déploiement de technologies innovantes: Emmanuel Macron, alors en pleine campagne, avait notamment fait une visite remarquée au CES Las Vegas de 2017, et le nombre de start up et de SSII françaises au fort potentiel ne cesse de croître, encouragée par des politiques d’implantation efficientes (incubateurs d’entreprises, facilitations économiques, etc…).

A ce titre la French Tech, qui fédère l’écosystème des start-ups hexagonales, joue un rôle déterminant et met en valeur les spécificités françaises de l’innovation, assurant d’une part leur rayonnement international et faisant d’autre part le lien entre les différents acteurs du système: investisseurs, secteur public, recherche… L’année dernière 26 sociétés françaises ont été lauréates des Innovation Awards, cette année elles sont 31.

La 5G, nouveau moteur d'évolution

Pour Steve Koenig, Directeur de la recherche au CTA, l’impact des nouvelles technologies se mesure désormais à l’aune de ses capacités d’intégration aux aspects diverses de notre société: économique, bien sûr, mais aussi aussi sociale, culturelle, voir comportemental. Il s'agit d'une refondation totale de certains paradigmes fonctionnels de notre appréhension du monde.

En effet la grande révolution numérique est déjà en germe, il s’agit de la 5G: une mosaïque de technologies convergentes, qui, couplées à des briques d’intelligence artificielle, vont pouvoir implémenter et optimiser le fonctionnement des divers artefacts de communication, tout en permettant de repenser complètement notre rapport à l’outil et notre relation «intelligente» au réel. Le futur sera constitué d’objets réagissant, informant et pensant, ce qui ne doit pas escamoter l’intelligence humaine mais au contraire la fortifier et la cadencer selon des flux informationnels toujours plus performatifs.

La 5G va permettre d’explorer les possibilités du Big Data et de l’IoT notamment grâce à une vitesse multipliée par 40 et subséquemment à une plus grande capacité de traitement, aidés en cela par des ondes à très haute fréquences, baptisées mmwaves, qui devraient à terme ringardiser la fibre optique. De plus, la 5G se comportera comme un véritable stand alone network grâce à l’adjonction de l’IA, ce qui permettra au système de réagir indépendamment du réseau.

Parmi les domaines principaux à être impactés par cette nouvelle révolution numérique, il faut compter:

  • L’émergence de «smart cities», c’est-à-dire repenser les villes selon des problématique connectées, de régulation énergétique et d’optimisation des transports.
  • Les véhicules auto-pilotés qui vont se démocratiser à reconfigurer entièrement le maillage urbain et autoroutier
  • La réalité virtuelle qui va se développer dans l’industrie du divertissement mais permettre également une évolution systémique dans de nombreux domaines de recherche, ainsi que dans l’expertise technique sur le terrain.

L'IA, entre fantasme et réalité

L’Intelligence Artificielle est avec la 5G le grand chantier des décennies à venir: souvent fantasmées à travers des études de prospective parfois anxiogènes, il ne faut pas oublier qu’il s’agit avant tout d’un moyen de faire converger plusieurs technologies, d’assurer la sécurité et la maintenance sur les sites industriels, et de proposer des interfaces plus "humaines" qui permettront une meilleur rentabilité, notamment dans le domaine du B to C.

D’un point de vue utilisateur, c’est l’interface vocale qui sera la star de demain: les écrans seront probablement caduques dans moins d’une décennie à mesure que la dématérialisation des interfaces s’effectuera. C’est pourquoi la recherche sur le langage, dans le contexte du machine learning, est déterminante et avance à grands pas: aujourd’hui on peut déjà converser avec des machines qui apprennent à reconnaître les inflexions, les accents, le contexte sémantique, afin de proposer une véritable expérience conversationnelle. On se dirige peu à peu vers un réel «parlant» et verticalement interactif, qui ne se diluera plus dans des interfaces contraignantes.

Les réseaux de neurones restent encore la part inconnue de l’équation, mais on observe déjà des percées dans leur développement, notamment le Nervana Neuronal Network Process d’Intel ou le Deep Mind de Google, qui auront des applications multiples dans des secteurs sensibles comme la santé (ou la surveillance globale…)

A termes, avec cette pénétration globale du Net dans la réalité et la généralisation des interfaces natives couplées à des senseurs biométriques (scanners rétiniens, etc), Steve Koenig estime qu’aller sur un site web deviendra tout simplement archaïque.

L'AR et la VR vont passer à la vitesse supérieure

Réalité virtuelle et réalitée augmentée sont également les deux fers de lance de l’innovation: d’un côté, l’AR permet à de multiples métiers techniques d’optimiser leur présence sur le terrain grâce à des assistances modélisées en temps réel, et seront bientôt indispensables dans des secteurs à haut risque (énergie nucléaire) ou des secteurs de pointe (chirurgie). Elle permettra également d’optimiser la productivité sur certaines chaînes de production, de faciliter les consultations dans le secteur médical.

D’autre part la Réalité Virtuelle devrait faire évoluer en profondeur le secteur du divertissement en proposant une immersion totale et, à ce titre, elle créera de nouveaux modèles économiques en faisant converger l’industrie du cinéma et celle du jeu-vidéo. Mais il ne faut pas oublier d’autres applications de la VR: par exemple, le Pentagone a déjà développé une solution VR permettant de traiter le PTDE (syndrome post-traumatique) de certains vétérans grâce à des sessions de réalité immersive. Les applications en psychopathologie seront nombreuses, une histoire qui reste à écrire…

Smart Cities: Le défi des années 2020

Dans 20 ans les analyses nous montrent que près de 66% de la population mondiale résidera dans les villes, ce qui pose d’ors et déjà des problèmes évidents d’infrastructures et de bilan énergétique. A ce titre les solutions de traitement de données, l’analyse prédictive et la multiplication des senseurs connectées va permettre aux mégalopoles de se développer en de véritables «smart cities» qui seront capables de s’auto-réguler.

Olivier Biancarelli, Directeur Solutions décentralisées pour les Villes et les Territoires/Membre du Comité de Direction opérationnel du grouge ENGIE, rappelle les trois grands défis de la ville des années 2020:

  • Décarbonation
  • Décentralisation
  • Digitalisation

Une triple révolution qui a un impact très fort pour tous les fournisseurs de services et d’énergie. La ville du futur sera le lieu de la transition énergétique et de la révolution démographique, deux phénomènes qu’il faut préparer et accompagner. La smart city devra intégrer des infrastructures intelligentes, des services connectés et une régulation constante de son énergie, c’est pourquoi un des grands défis réside dans la modélisation des données topographiques, sociales et économiques. Le but est d’obtenir une vision holistique de la ville afin de pouvoir prédire effacement les foyers d’optimisation. La 5G constituera logiquement un vrai catalyseur pour les smart cities.