VISEO interrogée par EIT Health dans le cadre de son projet Sport4Health by VISEO
LinkedIn Google Plus Twitter Email

VISEO dévoile son projet Sport4Health

L’application qui utilise l’esprit d’équipe afin d’encourager les patients à s’engager dans l’exercice sportif prescrit par le médecin
23 Mars 2017

Thibault Parmentier, Manager R&I VISEO et l’un des fondateurs du projet Sport4Health, répond aux questions de l’EIT Health

Dans le cadre du projet, EIT Health a interviewé Thibault Parmentier, Manager R&I VISEO et l’un des fondateurs du projet, sur la façon dont fonctionne le système et comment son partenariat avec EIT Health a aidé.

Développé en ayant conscience que les personnes sont plus susceptibles d’entreprendre l’exercice dont ils ont besoin s’ils peuvent le faire dans un contexte de groupe plus agréable, Sport4Health réunit des partenaires – tels que l’EIT Health (Institut européen d'innovation et de technologie en santé), le Laboratoire SENS, Clinique Hospitalière de Barcelone, IESE Business School, PAU Education d’Espagne, CHU de Grenoble… - pour fournir une application qui encourage les patients à participer à des associations sportives.

EIT Health – Quel est votre rôle dans le projet Sport4Heath et quelle équipe se trouve derrière?

Thibault Parmentier – VISEO est le leader du projet, conçu par Domoina Rabarijaona, Responsable Transfert et Valorisation R&I VISEO, et moi-même. L’idée de départ a émergé du simple fait que le sport est bon pour la santé, mais très peu, ou aucun, des clubs de sport se rapportent à des systèmes de santé. Ces deux mondes vivent en parallèle sans rencontrer l’autre.

Avec ce constat à l’esprit, nous avons conçu le projet Sport4Health en associant des experts sportifs grenoblois, - comme Alain Wache du club d’Aviron et Jean Ponard du club de VTT – et  certains professeurs de santé, – tels que Jean-Louis Pepin du laboratoire HP2 du Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble et Josep Roca de la Clinique Hospitalière de Barcelone - pour mettre en place les défis scientifiques ainsi que les moyens d’y remédier.

Pouvez-vous décrire le fonctionnement de l’application Sport4Health? Qu’est-ce que l’utilisateur verra lorsqu’il ouvrira l’application et l’utilisera?

Sport4Health est un essai clinique visant à évaluer la capacité et la pertinence des acteurs, issus de mondes différents, à travailler ensemble.

On propose  3 applications/sites en fonction de l’utilisateur. Quand il se connecte à l’application, le patient a accès à ses prescriptions sportives et peut s’inscrire à des séances de sport dédiées. L’application incite également le patient à compléter certaines mesures et remplir des questionnaires en ligne. Enfin, le patient peut aussi recevoir des feedback de ses activités depuis l’application.

Comment les prestataires de santé et associations sportives pourraient interagir avec et contribuer à l’application?

Le médecin sera en mesure d’intégrer un patient dans l’essai clinique et, par la suite, suivre ses activités physiques. De leur côté, les associations sportives rempliront le calendrier des sessions proposées pour les différents groupes de patients.

Comment les patients bénéficieront de la surveillance médicale rendue possible grâce à l’application?

Cette partie est très limitée pour le moment. C’est l’un des points sur lesquels nous souhaitons travailler s’il y a un prolongement du projet. En raison des contraintes d’essais cliniques, nous avons dû fixer le paramètre fonctionnel de l’application très tôt. Ainsi, le patient reçoit les commentaires des appareils connectés que le consortium prévoit pour la durée de l’expérience, mais à ce stade il n’y a pas de feedback médical, à travers l’application, qui soit prodigué par un médecin. Cela se fera directement au cours de réunions face à face.

Quel stade de développement avez-vous réalisé et quelles sont les prochaines étapes?

La première version de chaque application est quasi finalisée. Nous avons encore besoin d’intégrer la data provenant des appareils connectés mais mis à part cet élément, nous sommes au point.

Au cours du mois de mars, nous validons la conformité du projet avec le Règlement Général sur la Protection des Données (GDPR). L’essai clinique commencera aussitôt que tout sera validé, idéalement mi-avril. Par la suite, nous allons travailler sur l’évolution et les améliorations qui seront testées à l’intérieur d’une modification de la première étude clinique.

Pour conclure?

C’est vraiment un projet juste à temps: La France a adopté une loi sur la «prescription du sport» en décembre 2016, et l’Espagne est sur la même lancée. Si nous sommes en mesure de répondre aux exigences de ces lois et de fournir aux médecins un moyen simple, éthique et sûr de prescrire des activités sportives ou physiques, ce projet pourrait vraiment contribuer aux objectifs de l’EIT Health: vie saine, vieillissement actif et durabilité du système de santé.

Retrouvez l'interview en intégralité sur le site de l'EIT Health

 

Découvrez aussi:

Le projet de recherche PatientMiner dans le cadre de la KIC EIT Health

Découvrez tous nos projets collaboratifs européens et nationaux