LinkedIn Google Plus Twitter Email

Réaliser une blockchain simple et intuitive grâce aux chatbots

Découvrez la 5ème tribune Blockchain, rédigée dans le cadre de notre partenariat avec Le Mag IT, par Frédéric Panchaud, en collaboration avec Jean-Philippe Encausse, CTO Innovation VISEO
29 Juin 2018

Une blockchain c'est bien. Mais une blockchain simple à utiliser c'est mieux. Et même indispensable si l'on veut concrétiser un cas métier. D'où l'importance d'avoir un « front » ergonomique dans ce type de projet, comme un « bot » - une des UX les plus intuitives pour l'utilisateur final.

Régulièrement, lorsqu’on assiste à des présentations sur LA Révolution Blockchain, on constate avec un certain étonnement deux points majeurs.

1 / D’abord, la dimension politico-philosophique est encore - et toujours - très présente. Et avec elle des considérations techniques pointues et intéressantes mais pas toujours très business.

Nous n’avons rien contre la technique, mais, en ce qui concerne nos clients (grands comptes et ETI), il nous semble opportun de d’abord parler usages, et seulement ensuite de voir la techno.

2/ Deuxième source d'étonnement, il est fait peu de cas des interfaces utilisateurs, notamment dans les budgets prévus, et des fronts mis à disposition de certaines applications (nous passerons sous silence, avec pudeur, la logique de gestion des clés) sous le motif de : « mais c’est juste un PoC [proof of concept] alors ce n’est pas grave ».

Or, si l’écosystème technologique Blockchain offre des options très intéressantes, une règle du monde du travail est immuable: « si un outil informatique est compliqué à remplir - pire s’il nécessite une double saisie - PoC ou pas PoC, le projet ne fonctionnera pas auprès d’utilisateurs à qui la beauté d’un débat de trois heures sur les différents consensus possibles échappe (c’est triste mais ça existe) ».

Un assistant conversationnel ?

De ce fait, dans nos projets, nous accordons une place importante à l’UX et au front. Dans le cadre d’un consortium, à terme (en production), il est même probable que nous conseillerons à nos clients plusieurs fronts en fonction de leurs besoins dans la chaîne de valeur.

Pour aller plus loin, nous avons fait l’expérience d’utiliser un assistant conversationnel (chatbot) comme moyen d’interagir - simplement - avec un service reposant sur une blockchain et ainsi fluidifier l’expérience.

>Lire la suite sur le Mag IT
 

Relire les quatre premières tribunes de Frédéric Panchaud publiées sur LeMagIT :
Blockchain, une inconnue qui ne dit pas son nom,
Hash, consensus et Blockchain Hybride
Blockchain 2.0: Oracles & Smart Contracts
Blockchain, avant tout une opportunité métier